Lifestyle·Livres·Séries

Le harcèlement

On l’appelle aujourd’hui plus souvent harcèlement scolaire, ou cyber-harcèlement. Pour moi, cela revient au même. Le harcèlement dans sa globalité est à réprouver. Qu’il soit expérimenté à l’école, sur le net, au travail, ou en activité extrascolaire.

Récemment, la série 13 reasons why a fait une grosse vague sur les réseaux sociaux. C’est bien d’en parler, c’est mieux de comprendre, c’est génial d’avoir La prise de conscience, mais trop souvent cela reste une « histoire », romancé. Mais pas toujours. 13 reasons why est dit plutôt fidèle. Je le crois sur parole. Mais cette série parle-t-elle plus du harcèlement ou du suicide ? Il ne faut pas oublier que dans les cas de harcèlement, toutes les personnes en souffrant ne passe pas forcément à l’acte suicidaire. Le vivent-ils mieux pour autant ?

Treize raisons : Le livre

Je l’ai lu il y a un petit moment maintenant (14 avril 2016) et je ne me souviens pas de tous les détails avec précision. Ce qu’il en reste ? Un énorme coup de cœur. J’ai dévoré page après page sans pouvoir lâcher l’histoire d’Hannah et Clay. L’écriture fluide nous embarque dans les tourments de la vie d’adolescent, qu’ils soient populaires, sportifs, outsiders, ou cherchant à se fondre dans le moule.

Ce que j’avais apprécié, et que je trouvais proche de la réalité, c’était cette distance d’avec le monde adulte, la figure maternelle n’étant que cette femme discrète qui se permet juste de prendre un milkshake avec son fils, lui redonnant force et courage sans en passer par moult tentatives de découvrir ce que son fils lui cache.

Pour plus de détails, allez lire ma chronique lorsque ma lecture était toute fraîche : ici.

13 reasons why : la série

Tirée du livre du même titre (mais que j’ai lu en français), la série est dite très fidèle. En un sens elle l’est. C’est la même histoire, avec les mêmes personnages, etc. La différence, c’est que la série fait passer le héro pour un héro justement. Elle lui donne un plus grand rôle. dans le livre, Clay n’est qu’un personnage supplémentaire qui se retrouve avec les cassettes en sa possession, avec une petite différence de ses camarades : elles le perturbent bien plus que les autres.

Un personnage que j’avais beaucoup aimé de par sa discrétion dans le livre a été complètement modifié dans la série. La mère de Clay. Elle est bien trop présente, l’actrice pour moi est dans le sur-jeu, elle m’horripilait au possible, rendant les adultes plus détestables dans leur ratage à comprendre les jeunes. Son rôle distant dans le bouquin a été attribué à son père, figure presque absente du bouquin de mémoire.

Le point fort ? Les personnages sont touchés dans leur être, ils ont eu un comportement répréhensible et on le leur met sous le nez. Pour autant, la série pointe beaucoup mieux que le livre que chacun continue tout de même de harceler, pensant avoir une bonne raison de le faire, en s’attaquant au personnage de Tyler, exutoire des autres appelés d’Hannah Baker. De plus, même si l’on croit y être sensibilisé, le suicide nous apparaît toujours dans la stupeur la plus totale, on ne l’avait pas vu venir, c’est ce qui se passe avec Alex, bien qu’en tant spectateur on puisse le voir venir de loin.

Marion, 13 ans pour toujours : documentaire écrit et filmé

Encore une histoire de harcèlement qui finit par un suicide. A l’inverse du roman américain, la justice ici n’apparaît pas comme la solution simple et rapide. En plus de découvrir différentes formes de harcèlements, le témoignage de cette maman aborde aussi les sujets de l’après-suicides, des proches, des médias, des politiques, des responsabilités, etc. De tous ceux qui seront touchés de près ou de loin par le geste de désespoir d’un seul être.

Au niveau de l’écriture, on ressent le désarroi et surtout la colère de cette maman. Cela m’a rendu je dois dire la lecture plutôt compliquée. La chronologie n’est pas respectée, soit pour donner plus d’emphase, ou pour réunir les informations par thématique, mais cela n’avait rien d’agréable dans la lecture. Cela dit était-ce important par rapport au message à faire passer ? Ce n’est pas le témoignage le mieux rédigé du monde, mais on ressent sa sincérité. Par contre, une chose à admettre, elle s’offusquerait de mes fautes d’orthographe !

Discussion

Même si toutes ses histoires sont importantes à raconter, pour moi il faut aussi parler des autres, de ceux qui sont toujours dans le silence, ceux qui n’envisagent pas forcément le suicide. Le harcèlement ce n’est pas seulement les attouchements, ce n’est pas non plus que les bousculades et insultes. Comment reconnaître le harcèlement  ? C’est simple, si vous voyez une situation et que vous vous sentez gêné, apeuré, mal à l’aise, en colère, etc. alors vous devez vous demander comment la personne qui la vie se sent. Cracher un chewing-gum dans les cheveux, renverser une trousse, donner du travail supplément, piquer la peau avec un compas, tirer les cheveux, faire du chantage, insulter, ignorer, mettre à l’écart, moquer : toutes situations faites pour déplaire à un autre est répréhensible.

Il est possible que vous mettiez cela à distance, pensant que cela ne vous concerne pas, que vous n’êtes ni harceleur, ni harcelé. Mais si vous êtes témoin, c’est déjà beaucoup. Ne rien dire, pour ne pas être une balance, c’est participer. Il n’est pas facile de « dire », d’avouer que l’on a été témoin, que l’on n’a pas su défendre la personne, ou que l’on n’en avait pas l’envie. On ne vous demande pas d’être des héros, juste des personnes responsables.

A qui parler ? Si les adultes ne sont pas disponibles, si la famille n’est pas à l’écoute, si les amis ne sont pas les bons interlocuteurs, si les numéros verts ne sont pas adaptés, à qui parler ? Vouloir parler, c’est déjà une prise de conscience, la preuve que quelque chose ne va pas. Il faut prendre sur soi, se diriger vers une personne de confiance, ou un parfait inconnu si ça vous aides. Trouver votre propre solution pour vous débloquer de ce silence, parce que une fois que vous parlez, vous partagez le secret, et il n’est plus seulement sur vos épaules. Ne croyez pas que l’on va vous juger, vous dires « on ne peut rien y faire » (si c’est le cas, trouver rapidement un autre interlocuteur !). Surtout ne baisser pas les bras en pensant que personne ne vous comprend. La multiplication des témoignages de harcèlement prouve bien que ce n’est pas un phénomène isolé.

« Ce n’était pas si méchant » mais ça l’était un peu quand même, et parfois, c’est déjà trop.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s